Le vélo est plus commode pour un Guinéen

Le Guinéen a de la peine à joindre les deux bouts du mois. Le salaire ne suffit pas pour faire la fête, la plupart n’en reçoit même pas, le prix du pétrole prend une allure inacceptable, les taxis introuvables, les bus inexistants. Les administrateurs toujours en retard à leur lieu de travail. Même ceux qui ont la possibilté d’avoir une voiture sont pris par des embouteillages qui absorbent toute une partie de la journée.
Alors, pourquoi ne nous facilitons-nous pas la tâche en se déplaçant à vélo?
Certains disent que c’est dangereux car, les routes sont mauvaises. Mais ils préfèrent la moto qui est beaucoup plus dangereuse et consomme du pétrole.
Ce qu’il faut reconnaître, c’est que le Guinéen a honte de faire ses courses à vélo, il a honte de se faire voir sur celui-ci en partant au travail. Il se trouve réduit au néant dans cette circonstance. Car il n’a pas été éduqué dans ce sens.
“Nos exploiteurs nous ont éduqué qu’a acheté leurs marchandises absorbantes pour accroître leurs économies.”

Vous ne me croyez pas? Mais c’est ça la verité.

Croyez-moi que le prix de pétrole continuera à augmenter. Nous continuerons à accuser le gouvernement de nos malheurs. Les malintentionnés en profiteront pour semer de la pagaille en formant une nouvelle opposition des chercheurs d’intérêt personnel et nous serons pris jusqu’au cou.
Même ceux qui vivent loin de la ville ne sont pas habitués à prendre le vélo. Ils payent le prix de leur déplacement pour une distance insignifiante, qui pouvait être économiser.
Nous avons besoins d’une éducation sociale pour pouvoir accepter une vie économique.
Il faut que nous éduquions nos populations à savoir gérer le peu qu’elles ont.
Plusieurs pays se servent de cet outil pour leur déplacement.
La chine est l’un des pays où chaque personne a au moins un vélo.
Le japon, un pays très developpé ne manque pas à cette règle.
Si nous arriverions à vivre à la même cadence que nos conditions actuelles, nous trouverions sans doute la solution aux problèmes qui nous rongent.
Rien ne marchera en Guinée sans éducation sociale. Et ce sont nous qui l’enseignerons à nos populations.
Personne ne le fera à notre place.

This entry was posted in Education. Bookmark the permalink.

One Response to Le vélo est plus commode pour un Guinéen

  1. Ousmane says:

    M.CAMARA
    Ce constat exposé dans cet article reste vrai et très édifiant.
    A côté, il est important d’ajouter la notion d’éducation et de formation sur le code, ainsi que la conduite en route. Je veux parler d’un respect des règles basiques sur le code de la route, d’un meilleur partage des routes qui à mon avis sont insuffisantes.
    Le gain de ce mode de transport est sans appel tant sur les poches…que pour la protection de notre environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>