Projet de carte topographique urbaine à grande échelle de la ville de Conakry et les villes avoisinantes

Mesdames et Messieurs

Je viens par cette présente attirer votre attention à propos du grand projet cartographique de la Guinée que je considère stratégique pour le développement durable et le renforcement des relations de coopération entre le Japon et la Guinée.
L’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) et le gouvernement guinéen, à l’issue d’une concertation portant sur l’aménagement des informations géographiques numériques ont signé d’un commun accord un procès-verbal en février 2012 pour la réalisation du projet. Ainsi, le présent projet sera réalisé sur une durée de 2 ans à compter du mois de novembre 2012.
L’équipe désignée par le gouvernement japonais pour la réalisation de ce projet est composée de 9 experts ingénieurs géomètres japonais et 1 ingénieur architecte guinéen qui assurera la bonne marche des travaux (l’auteur de cette demande).
L’objectif de l’étude est de:
(1) réaliser les orthophotographies et une carte topographique numérique à l’échelle 1/5.000 sur une surface d’environ 500 km², couvrant la ville de Conakry et les villes avoisinantes (la ville de Dubréka, de Coyah et les îlots de Fotoba, de Roume et de Goulu.
(2) faire acquérir des connaissances par un transfert de technique de base des levés topographiques et de la maintenance de la mise à jour de la carte topographique numérique afin de permettre aux employés titulaires de l’IGN de Guinée d’avoir la capacité technique dans l’amélioration des données d’informations géographiques pour tout le territoire.
(3) réduire les investissements redondants des projets de cartes tels que les cartes de devis estimatifs, des recensements de la population, des voiries, des projets publics, etc et de pouvoir effectuer tout autres projets de cartes, particulièrement les cartes thématiques, cadastrales, touristiques, etc, à partir de ces données géographiques établies conformément à la spécification universelle afin d’élargir la portée des informations sur une base spécifique commune.
J’ose croire qu’un projet d’une telle envergure sera non seulement apprécié et soutenu par tous les patriotes soucieux de l’avenir de notre nation, mais aussi sera encouragé dans le but de rehausser la coopération entre nos deux pays.
Après plusieurs années d’hésitation d’un réel soutien de la part du gouvernement japonais, due à la dégradation de la situation politique, économique et sociale que notre pays a traversée, une grande opportunité s’ouvre à nous, celle du développement de l’infrastructure urbaine à partir du soutien financier de ce peuple vaillant prêt à nous aider sur plusieurs plans notamment de l’éducation, de l’exploitation de nos ressources à l’aide de leur technique, et de l’acquisition par leur expérience des connaissances appropriées nous permettant d’avoir entre autres nos propres usines de fabrication.
Comme vous le savez sans doute, le gouvernement japonais est l’un des rares dans le monde ayant la capacité de servir un pays sans rien attendre en retour dans toute sincérité et dans toute honnêteté… À condition que la sécurité de ses citoyens soit assurée par le pays hôte et que les compliments pour le soutien apporté à celui-ci pour le bien-être de la population soient faits d’une façon stratégique. Autrement dit, si ces conditions citées ci-haut sont défavorables le risque de dégradation de coopération entre les deux pays serait tout à fait évident.
Cependant les problèmes devant lesquels nous faisons face actuellement sont:
l’insécurité sur notre territoire: les travaux d’exécution du projet se feront pratiquement à l’extérieur dans les quartiers, les districts, etc. Cependant même si l’on peut qualifier la sécurité de la zone d’étude comme stable, la situation pourrait changer d’un jour à l’autre.
C’est pourquoi je sollicite de votre bienveillance pour la préservation de la sécurité de l’ équipe japonaise.
L’exonération des équipements: l’instabilité de notre pays pendant plusieurs années nous a privé du bureau de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA). Si elle était installée à Conakry, la coopération entre nos deux pays serait plus favorable.
Pour la réalisation de ce projet et pour le transfert technologique, JICA est en passe d’expédier des équipements en Guinée qui sont bloqués à la douane, faute de la lenteur des procédures administratives. Le temps d’exécution des travaux et le séjour des ingénieurs japonais sont très limités et extrêmement rigoureux. Par conséquent, pour la bonne marche du projet, je sollicite votre attention toute particulière pour le renforcement de la sécurité et l’adoucissement de l’incommodité du séjour des ingénieurs japonais qui à mon avis pour ainsi dire, représentent l’émissaire du gouvernement japonais pour un teste de confiance possible entre nos deux pays dans un futur proche.

Je vous en remercie très sincèrement à l’avance et vous prie d’agréer, Mesdames et Messieurs l’expression de mes respectueux sentiments.

Mohamed Camara
Président de l’ONG de JGFA (Association d’amitié Japon-Guinée)

This entry was posted in Activités annuelles. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>